LA CBTI ET LEXTRA LINGUA S’ASSOCIENT À L’ACTION DES MAGISTRATS

Bruxelles, le 8 juin 2016 – Les actions de protestation des magistrats contre l’étranglement financier de la justice ont été largement soutenues par la Chambre belge des Traducteurs et Interprètes (CBTI) et l’asbl Lextra Lingua, deux associations professionnelles qui défendent les intérêts des traducteurs et interprètes jurés en Belgique.
Ce 7 juin, des représentants de la CBTI et de Lextra Lingua sont venus épauler les magistrats rassemblés à Anvers, Liège, Louvain et Bruxelles pour exprimer leur désarroi face au manque de moyens qui étrangle la Justice et dont les citoyens sont les premières victimes.
Ce 3 juin, le conseil des ministres a approuvé, sur proposition de Koen Geens, un avant-projet de loi relatif à certains droits des personnes soumises à un interrogatoire, mieux connu sous la dénomination de « loi Salduz ».
Au droit de disposer d’un avocat s’ajoute entre autres celui de bénéficier d’une interprétation et d’une traduction dans le cadre des procédures pénales menées devant les cours et les tribunaux, qui s’étend aussi aux victimes et aux personnes souffrant de troubles de l’audition et de l’élocution. Ces prestations sont gratuites, sans égard pour l’issue de la procédure.
Les assciations se demandent ce qu’il adviendra de cette noble mesure si l’État ne dégage pas les moyens requis pour rémunérer dignement les traducteurs et interprètes professionnels, laissant ainsi le champ libre aux bricoleurs de bonne volonté.