Travailler de façon optimale avec un interprète juré

Retourner à notre registre de traducteurs/interprètes jurés

Préparation

Vous voulez que ‘votre interprète’ fasse bien son travail. Pour cela il faut qu’il puisse bien se préparer. En d’autres mots, ‘avoir du contexte’.

  • Où doit-il traduire pour vous ? S’agit-il d’une séance au tribunal, d’une déposition à la police, d’une visite en prison…) ?
  • Qui participe à la rencontre ? Demandez qu’on vous présente les parties intéressées. Si possible.
  • Quelles sont les parties impliquées ? Il est important de connaître les noms, les liens entre ces parties…
  • Qu’est-ce qui c’est passé avant ? Y a-t-il eu des dépositions ou comparutions antérieures avant? Quelles sont les étapes préalables dans un dossier  ?
  • Quelqu’un va-t-il lire ou utiliser des documents ?  
  • Très important : les chiffres et les numéros. Supposons qu’un ‘orateur’ veuille prononcer des numéros de téléphone, des montants, des heures…? Dans ce cas, il est important que l’interprète puisse en prendre connaissance. Ou mieux encore:  il dispose des documents (éventuels) dans lesquels ces chiffres sont repris.

Donnez-lui tous ces éléments -si possible- le plus tôt possible.

Et donc…

Donc :  plus les informations sont claires et complètes, mieux sera le travail de l’interprète. Pourquoi ne pas rencontrer l’interprète avant qu’il ne commence son travail ? L’interprète est d’ailleurs à votre disposition. Il peut répondre à toutes vos interrogations. Et… vous rassurer ! 

 

Un espace adapté / pas trop de bruit

La qualité de l’interprétation dépend de l’espace dans lequel l’interprète travaille. Si ‘l’orateur’ (par exemple le ministère publique) parle à voix basse ou à toute vitesse, l’interprétation s’en fera sentir. Mais avant tout, il faut que l’interprète entendre tout. Il ne peut traduire ce qu’il n’entend pas !

Et donc…

Quelques règles :

1. L’orateur doit parler clairement et lentement (surtout s’il lit un texte). Il doit en plus parler à voix haute ;

2. L’interprète doit pouvoir se concentrer. Évitez donc les portables qui se mettent à sonner, les entrées et sorties… Bref, évitez tout ce qui peut distraire l’interprète.

 

Le décalage

Entre les palores prononcées par ‘l’orateur’ et la traduction, il y aura quelques secondes. N’attendez donc pas de réactions immédiates et ne soyez pas surpris si les personnes qui suivent votre discours grâce à l’interprétation réagissent avec ‘un retard’..

 

Culture

L’interprétation fait le pont entre deux langues et deux cultures. Cependant, il peut arriver que les différences culturelles rendent la traduction difficile. Dans ce cas l’interprète devra expliquer une expression, une image… pour pouvoir la traduire. Parfois la traduction sera même impossible. Les réactions  peuvent elles aussi varier d’une culture à l’autre. 

 

http://abils.net/en-pratique/reservation/